top of page
  • Photo du rédacteurMélanie Bilodeau

Enjeu de société : la punition corporelle

Dernière mise à jour : 19 févr.

Entrevue | TVA Nouvelles | 16 février 2024

Avez-vous vu passé le débat sur la fessée ?

L'article de loi 43 pour être plus précise ?


Petite mise en contexte :

Le député du NPD, Peter Julian, propose d’abroger l’article 43 du code criminel canadien qui stipule que : « Tout instituteur, père ou mère, ou toute personne qui remplace le père ou la mère, est fondé à employer la force pour corriger un élève ou un enfant, selon le cas, confié à ses soins, pourvu que la force ne dépasse pas la mesure raisonnable dans les circonstances. »


La recherche est très claire: les pratiques parentales coercitives ont de grands impacts sur le développement de l'enfant. Notamment, les châtiments et les punitions corporelles modifient certaines de leurs structures cérébrales.


Dans le cas de l’article 43, c’est la notion de FORCE RAISONNABLE qui demeure encore trop floue et qui peut conduire aux abus.


Au Canada, ne sont pas permis, peu importe les circonstances:

  • la punition avec des objets comme une ceinture ou une règle

  • la punition qui peut causer des blessures

  • les gifles et les coups à la tête

  • les traitements dégradants ou inhumains

  • toute punition corporelle sur un enfant de moins de deux ans

  • toute punition corporelle sur un adolescent.


Alors, je me questionne :

  • Et entre 2 et 12 ans, on tolère ?

  • On tolère quoi ?

  • Qu’est-ce qu’une force « raisonnable » ?

  • Qu’est qu’une visée éducative ?

  • Que fait-on des données sur l’inefficacité des punitions ?

  • Que fait-on des études qui démontrent les impacts négatifs des pratiques coercitives sur le développement de l’enfant ?

Source: TVA Nouvelles, le 16 février 2024. Repéré à https://www.tvanouvelles.ca/2024/02/16/devrions-nous-interdire-la-fessee




Posts similaires

Voir tout

Commentaires


bottom of page